LE VOYAGE DE DIANE

serie photographique

  A quel moment prend-on la décision de se mettre au monde ?
« On avance morte dans un corps d’homme ».
On sait le bonheur d’être une femme parce qu’un jour, jeune garçon on s’est travesti, qu’une grand mère n’ayant plus de slip propre propose alors la culotte à fleurs de la cousine. C’est une émotion inouïe qui est ressentie avec à la clé la culpabilité et la honte envers ses parents. Pour échapper à la honte on scinde sa psyché, ce n’est pas moi qui aime être en femme c’est un autre, ça reste du fantasme. Le fantasme habite ce corps d’homme et le transforme en corps de femme avec la volupté et l’érotisme associés, on libère par une sexualité solitaire ce carcan d’émotions et de refoulements. La vie continue, souterraine, on se travestit, on s’essaie à n’être que du fantasme. Mais cela revient toquer à la porte, il faut accepter sinon c’est la folie ou le suicide.


« Je suis une femme ».